Concours Général Agricole 2014 – dans la peau d’un juré

1. Fonctionnement du CGA

Le CGA (concours Général Agricole) a pour but de sélectionner et de primer les meilleurs produits et animaux du terroir français.

Il comporte 3 catégories :

  • Les animaux
  • Les produits et vins (et autres spiritueux)
  • Le jugement

Ces catégories sont-elles mêmes divisées en sous-catégories.

Ainsi, dans la catégorie « eaux de vie », il existe plein de sous-catégories concernant une grande majorité des spiritueux qui existent.

Pour rassembler les jury, l’organisation rassemble des professionnels et des amateurs avertis.

2. 1ère année pour le whisky

L’année 2014 a été la première année pour la catégorie du Whisky au CGA.

Les inscriptions pour être juré ont commencées en octobre 2013.
Pour se faire, il suffisait de s’inscrire sur le site internet du CGA dans la catégorie « Eaux de vie (hors armagnac) > Whisky ».

La réponse aux inscriptions s’est faite aux environs du mois de janvier 2014 pour un concours au mois de février.

3. La dégustation

Arrivé sur place, on trouve une dizaine de tables comportant 5 à 6 places chacune, à chaque table on retrouve un crachoir, du pain, une armée de verres INAO et 6 ou 7 bouteilles numérotées (et bien sûr sans aucune autre information).Les tables ayant des échantillons  de whisky différents, je ne sais pas combien de whiskies étaient présentés à ce concours.

Pour chaque groupe de jurés, on nomine un président de table qui va guider l’avancement de la dégustation.

Après, le déroulement dépend de la volonté du groupe formé autour de la table.

Pour notre part, nous avons dégusté chaque référence une première fois et sommes revenus ultérieurement sur celles qui nous intriguaient le plus.

A chaque élément dégusté, chaque juré a dû  noter l’odeur, la saveur et la longueur en bouche – en indiquant aussi quelques adjectifs pour qualifier ce qu’il a ressenti ou les goûts qu’il a potentiellement reconnus.

Une fois l’ensemble des échantillons dégustés et notés individuellement, nous avons rassemblé les notes pour définir ceux qui étaient les plus (ou les moins) appréciés.

Enfin, une fois tous d’accord sur les whiskies qui sortent du lot, nous avons pu décerner 2 médailles.

Chaque table faisant ce travail, une fois les délibérations finies les organisateurs ont rassemblé les préférences de chaque table pour choisir les médailles qui seraient officiellement décernées par le Concours Général Agricole.
{source}
<iframe frameborder= »0″ width= »480″ height= »270″ src= »//www.dailymotion.com/embed/video/x1d9i31″ allowfullscreen></iframe><br /><a href= »http://www.dailymotion.com/video/x1d9i31_sia-2014-premiers-avis-sur-le-whisky_news » target= »_blank »>SIA 2014 : Premiers avis sur le whisky</a> <i>par <a href= »http://www.dailymotion.com/France3ParisIDF » target= »_blank »>France3ParisIDF</a></i>
{/source}

4. Présentation des résultats

Pour cette première année, il y aura eu 6 médailles: 2 d’or, 1 d’argent et 3 de bronze.

Médailles d’or :

  Armorik – Edition originale
Origine : Bretagne
Alcool : 40%
Vieillissement en fûts de chêne.
Tarif (affiché par le producteur) : 19.9€
  Lehmann – Elsass Whisky 7 ans
Origine : Alsace
Alcool : 40%
Double distillation d’un pur malt d’orge puis vieilli en fûts de chêne provenant de tonneaux de Bordeaux Blancs.
Tarif (affiché par le producteur) : 39.9€

Médaille d’argent :

  Armorik – Sherry Finish
Origine : Bretagne
Alcool : 40%
Vieillissement en fûts de bourbon et affinage en fûts de sherry (Xérès) pendant quelques mois.
Tarif (affiché par le producteur) : 28€.

Médailles de bronze :

  Northmaen – Sleipnir 8 ans
Origine : Normandie
Alcool : 44%
Whisky fermier vieilli en fûts de chêne.
Tarif (affiché par le producteur) : 35€.
Lehmann – (pas de précision sur la référence)
Origine : Alsace
Alcool : 40%
Indiqué comme étant le lot 1 au CGA.
Après avoir contacté la distillerie, ils m’ont indiqué qu’il s’agissait d’une référence qui n’était pas vendue.
Meyer – Whisky blend (pas de précision sur la référence)
Origine : Alsace
Alcool : 40%
Indiqué comme étant le lot L1326095 au CGA.

La plupart de ces bouteilles sont disponible seulement niveau régional à cause des faibles quantités produites.

5. Conclusions

En résumé, ce fut une expérience très intéressante. On sentait que l’organisation n’était pas encore rodée (évidemment étant donné que c’était la première année), mais elle est calquée sur le concours CGA du vin.

Petites remarques que je me permettrais de faire sur cet évènement :
–       Des verres INAO c’est bien, mais des Glencairn serait encore mieux ! (Bon ok ce n’est sûrement pas le même coût et pas la même « réutilisabilité »)
–       Il est dommage de ne pas avoir après la dégustation une fiche indiquant les whiskies qui étaient présentés pour le concours et lesquels nous avons dégustés. Ainsi, hormis le fait de décerner des médailles, ce concours pourrait permettre aux petites distilleries Françaises de se faire connaitre !
–       Je commence à connaitre quelques distilleries Françaises et je suis surpris de ne pas avoir vu de références plus « haut de gamme », le Armorik double maturation (élu meilleur whisky au WWA 2012) aurait par exemple attiré la sympathie du plus grand nombre !

Concernant le whisky français dans son ensemble, après en avoir discuté avec les autres jurés de ma table, il y a une chose qui prédomine : il surprend !

En exemple, les alsaciens qui ont généralement un goût qui tirent sur la cerise font que certains diront que le whisky français n’est pas du whisky…
Je dirais plutôt que c’est une autre approche : plus portée par l’origine du fût de maturation, elle est très lié aux bois des vins et des alcools disponibles au niveau régional.

[slideshow_deploy id=’503′]

Vous avez aimé ? Ne soyez pas jaloux, partagez moi !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Laisser un commentaire