GWG : Brora SV pour LMDW 18 ans 1981-1999

A Noter :

« Wine treated Hogshead » signifie en général non pas un affinage, mais un traitement léger de « rinçage » d’un fût ayant contenu du vin (en général sans aucune précision quand à son type et son cépage) par l’apport temporaire assez bref (de quelques jours à quelques semaines, mais souvent moins d’un mois). Donc le fût usagé ou neuf est rempli durant une très courte durée de ce vin, puis le vin est vidé (en principe c’est obligatoire) et le whisky déjà âgé de quelques années voire plus y séjourne durant une durée assez courte. Cette pratique est courante, mais pas toujours signalée comme telle. Ici elle a le mérite d’être clairement indiquée et le résultat est à mon sens une belle réussite.

brora 18 1981 mw signatory_ret_rec_compRésumé:

Note confirmée: 98/100 & Hors catégorie

Un BRORA sensuel, fin et discret, dans un registre très subtil mais expressif, délicatement tourbé et fruité, un bijou. Une des plus belles bouteilles de ce négociant.

Description:

Couleur: Jaune très clair, paille, jolis reflets soutenus.

Nez: Herbacé tout d’abord, très typé Highlands, (normal !) mais sans agressivité. Puis arrivent ces séduisantes notes de sorbet ou de meringue au citron magistralement liées à la tourbe, un rien de fumée, et c’est déjà le bonheur, encore que la bouche soit, pour une fois, supérieure au nez, pourtant déjà superbe!Un rien marin.

Bouche: Dès l’attaque elle est suave, crémeuse à se damner, certes pas extrêmement complexe, mais quelle beauté ! La bouche reprend les notes du nez et les amplifie (le sorbet au citron, les herbes, des épices douces, de la tourbe et de la fumée, le tout très équilibré. Sensations de tourbe très fine et continue en bouche, de sel, de soupçon de fumée, de fleurs peut être aussi et de sucre un peu vanillé (évoque aussi le glaçage des mille-feuilles), extrêmement subtil et délicat. Quelques notes discrètes font le lien avec la distillerie sœur, CLYNELISH, comme la camomille, le fenouil, la badiane (dit aussi anis étoilé), mais aussi en milieu de bouche un soupçon de sel et d’embruns. Fusion magnifique des saveurs. La finale est très longue et langoureuse, d’une sérénité absolue.

Tenue à la dilution: Attention,la dilution(un peu) pourrait bien vous mettre en extase totale, comme une caresse qui se prolonge sans cesse. Hautement addictif et délicat, à réserver à vos meilleurs amis et à votre moitié si vous avez la chance qu’elle ou il aime le whisky (et surtout si vous avez la chance de trouver encore cette bouteille !-auquel cas merci de me faire signe….).

Conclusion: Déployant énormément de charme, ce très appréciable BRORA se révèle être un peu dans l’esprit des PORT ELLEN de négoce réduits (c’est dire !) mis en bouteille par certains négociants vers 2005/2007. Une distillerie qui a elle aussi été sacrifiée sur l’autel d’un médiocre calcul financier dans les années 1980 (la fermeture d’une vingtaine de distilleries écossaises en l’espace de deux ans-de 1983 à 1985 et la constitution d’énormes stocks) qui n’a pas fini de faire couler l’encre… et les sanglots des amateurs de délicatesses suprêmes comme seuls peu de whiskies peuvent apporter ici bas. Des single-malts qui, comme il me plaît à le penser, même après n’en avoir dégusté qu’un centilitre, sont de pures merveilles ! ! !

Si c’était….un moment idéal: Vous êtes sur une plage peu fréquentée, sur une chaise longue, face à la mer, le soleil commence à décliner sérieusement, il ne fait pas plus de 19 ° et vous sentez une douce brise sur votre visage, vous êtes bien, aux côtés de personnes délicates et de goût, vous trempez vos lèvres encore une fois dans ce verre que vous sirotez lentement depuis 20 minutes déjà, et c’est la béatitude la plus totale. Pas besoin de le chercher, vous êtes déjà au paradis !

Merci à mon ami Hugh pour ces deux splendides dégustations (2006,2007).

Remarque: La note initiale était de 95,5/100, elle a été réévaluée et augmentée à 98/100 & le classement en « Hors catégorie », une distinction rare. Les différents  commentaires ont été révisés et synthétisés en 2013.

Vous avez aimé ? Ne soyez pas jaloux, partagez moi !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Laisser un commentaire