GWG : Highland Park Ambassador’s Cask n°5 34 ans 1974

A Noter:

Il s’agit de la 5ème et dernière sélection de fût par l’ambassadeur de la distillerie Gerry Tosh, dans le cadre de cette exceptionnelle série limitée débutée en 2005. En effet, d’après la distillerie, le nombre de fûts âgés étant en raréfaction et les prix élevés, le choix a été de développer davantage des éditions limitées plus prestigieuses avec un nouveau packaging, soit plus jeunes (comme les trois éditions « Earl Magnus » de 2009, « Saint Magnus » de 2010 ou bien celle, à venir en 2011, nommée « Earl Haakon »), soit plus âgées (comme par exemple les trois « Orcadian Vintages », millésimés 1964,1968, 1970), sans parler d’autres éditions rares comme les 40 et 50 ans d’âge…

highland-park-ambassador-cask-5Couleur: Ambrée, à reflets cuivrés.

Nez: Très équilibré, il est un peu timide de prime abord, puis s’avère d’une belle complexité et d’une finesse exceptionnelle. Riche, il est typique du style maison, avec de belles notes de thé (noir & Earl Grey- avec une bergamote bien distincte), de bruyère, de miel, de fruits mûrs, d’un boisé élégant etdiscret, le tout surmonté de délicates et discrètes notes de tourbe et de fumée très légères. Magnifique et engageant.

Bouche: Très belle, elle reprend les notes du nez en restituant toute leur complexité et en les rendant plus tangibles à la fois. L’équilibre est parfait. D’une élégance rare, elle déploie une véritable guirlande de saveurs qui viennent discrètement s’ajouter les unes aux autres en bouche : Le miel, la bruyère, la violette, la prune, le café, l’abricot, le pruneau, d’autres fruits, confits cette fois, un boisé élégant en filigrane, le tabac, et tout au plus une légère touche soufrée en finale. La finale, justement, est toute en douceur et en charme, en un lent decrescendo avec une petite touche de vernis et un petit rappel floral. Elle s’évanouit certes un peu vite compte tenu du plaisir procuré, mais aussi parce que les anges ont été un peu trop gourmand cette fois ci…

Tenue à la dilution: Excellente, s’il s’agit d’ajouter que quelques gouttes d’eau. Une légère dilution apporte un peu plus de fluidité encore, et évoque alors certains YOICHI ou vieux GLENLIVET…Trop d’eau tuerait ce vénérable malt.

Conclusion: Un HIGHLAND PARK exceptionnel, tout en charme & subtilité, un à plusieurs tons au dessus du « Bicentenary Reserve 1977 » par exemple, et qui frise la perfection. Ce qui l’en sépare ? Un titrage un peu trop faible (à 45% ou 48 % il aurait été vraiment en firmament), sinon c’est un des plus beaux single-malts de cette distillerie.

Suggestion d’association culinaire: Aucune, mais à déguster au coin du feu, avec sa ou son meilleur(e) ami(e), voire mieux encore…

 

Note confirmée : 98,5/100 & Hors catégorie

Un HIGHLAND PARK exceptionnel, tout en charme & subtilité, certes à faible titrage mais qui frise la perfection.

Vous avez aimé ? Ne soyez pas jaloux, partagez moi !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Laisser un commentaire