GWG – Port Ellen 25 ans Berry’s Own Selection 1982 cask 2469 99/100

Note confirmée (par plusieurs dégustations): 99/100 & Hors catégorie
Une version extraordinaire d’équilibre et de sérénité. Sans doute la plus belle version de négoce réduite de Port Ellen dégustée jusqu’ici.

Pas besoin d’en dire plus. La classe…

port_ellen_25_ans_1982_2007_sc_2469_46_v.redCouleur: Très claire, à reflets pâles, étonnante…

Nez: Franchement, hormis un peu de fermeture et de vague austérité au départ (il est plus complexe qu’il n’y parait), le nez se révèle avec un peu d’aération un vrai petit bonheur : Superbe et généreux, sur des notes typées Port Ellen, toujours aussi agréables, florales (lavande, lilas ?), marines (délicatement tourbé, fumé et un rien cendré, peu salé, peu iodé), et fruité (agrumes, fruits exotiques – pointe d’ananas au sirop ?).

Bouche: On retrouve ces mêmes notes, très équilibrées (c’est vraiment la force des Port Ellen, cet équilibre alliée à la complexité et la délicatesse…). Puis, à mi-parcours, des notes d’eau de vie de poire, de rose et d’esters (bonbon anglais, fruits exotiques) mêlées viennent ajouter à la complexité, avec une grande subtilité, sans « bruit ». L’on retrouve aussi des notes de toile de jute et de badiane, souvent caractéristiques des single-malts floraux de cette île lorsqu’ils sont longuement vieillis en fûts de Bourbon, notes qui reviendront en finale. La bouche est fantastique, mi-grasse, mi-sèche, de corps moyen, assez fluide, presque parfaite. Un « assemblage » de saveurs très bien intégrées entre elles et des parfums très séducteurs, sans emphase, mais avec féminité (envoûtement) et structure. La finale, très aérienne, très belle, assez douce, est florale, fruitée, marine. Quelques douces notes de chêne également, très bien intégrées.

Tenue à la dilution (légère, s.v.p.!): Là on décolle carrément, c’est toute l’âme, la quintessence de l’île d’Islay que l’on retrouve ici, apaisée… Fleurs et embruns reviennent au premier plan pour un dernier « au-revoir », interminable…Proprement sublime…

Conclusion: Un Port Ellen très élégant et subtil, loin des versions officielles que j’ai eu l’occasion de déguster (pourtant très intéressantes), moins gras que le Scott’s Selection « 1977 » et peut être moins gourmand que d’autres, mais très séducteur et d’un tel équilibre ! Je ne dis pas que cette version est meilleure que les autres, elle est juste plus facile d’accès et très très satisfaisante… ! Attention, il y a eu plusieurs mises en bouteille par ce négociant millésimées « 1982 », certaines comme celles ci sont exceptionnelles, d’autres bonnes mais moins abouties (cf fût 2850), d’autres encore assez différentes…

Vous avez aimé ? Ne soyez pas jaloux, partagez moi !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Laisser un commentaire