GWG : Armorik Classic 46% 92/100

armorik-classic-carreARMORIK n.a.s. « CLASSIC », Dist. Warenghem, non filtré à froid, 2011, 46 %

Note confirmée : 92/100

Un superbe single-malt, de qualité supérieure, floral, fruité (très beaux esters), à peine marin, délicatement boisé, un modèle d’équilibre, représentatif du style de la plus ancienne distillerie française de whisky.

Chaudement recommandé.

Lire la suite

GWG : KARUIZAWA 1981 26 ans Sherry cask n° 103 58,1% 98/100

karuizawa_1981_2007_sc_103_58_redCouleur: Belle robe ambrée, à reflets cuivrés.

Nez: Magnifique, très fin et subtil, mais aussi très généreux et franc. Les notes principales sont une certaine exubérance fruitée (abricot sec, prune, cerise confite, fruits des bois, voire reine-claude) et florale (violette, lilas ?), un boisé très subtil et un léger profil tourbé/fumé en arrière-plan très japonais, le tout dans une élégance inouïe ! (Mon ami Hugh, lui y voit également des notes de pruneau à l’Armagnac). Le nez nous donne déjà plusieurs indications: L’art japonais de la maturation d’un fût de Sherry porté à son maximum d’excellence, l’impression d’avoir affaire à un très grand whisky, qui justifie amplement la distinction de l’association des « Malts Maniacs » du meilleur whisky japonais de l’année 2007, et d’un des 10 meilleurs whiskies de l’année 2007, tous pays confondus.

Bouche: Tout aussi magnifique et généreuse, au-delà de mes espérances. Le taux d’alcool, tout de même assez élevé (58 %) n’est pas choquant en bouche, l’impression d’alcool n’est tellement pas agressive, que seule une légère dilution pourrait suffire. Les notes reprennent fidèlement celles du nez, avec une part généreuse pour les fruits mûrs et confits, les notes florales et boisées, mais dans un très bel équilibre qui permets le renfort discret mais efficace de notes fumées, végétales, épicées et légèrement tourbées (dans l’ordre d’importance quantitative). Tout ici est superbement maîtrisé, soigneusement pesé et soupesé pour concourir à une harmonie la plus parfaite possible. La finale est ainsi succulente, sur un nuage, prolongeant presque sans fin ce « plaisir d’automne » (si c’était un parfum !). Attention, chef d’œuvre !

Tenue à la dilution: A peine quelques gouttes d’eau, et le plaisir devient plus accessible encore, entre un léger picotement épicé-poivré (pour être plus précis : poivre 5 baies/gingembre) et le retour fruité/boisé/fumé, la bouche devient tapissée de toutes ces notes dévolues à votre plus grand plaisir, mhm !

Conclusion: Encore une preuve de plus que la « science » des maîtres-distillateurs japonais est à son apogée, que le Japon n’a plus rien à envier si ce n’est à apprendre, en matière de whisky, du grand frère écossais ! Chef d’œuvre après chef d’œuvre, les différentes distilleries de ce grand pays vont le faire savoir à toute la planète, année après année, et l’on ne s’en plaindra pas !

Epuisé, vendu environ 121 € à la Maison du Whisky en 2008. De nos jours, vous pouvez ajouter un 0, voire multiplier par 2 ensuite. – Merci à mon ami Hugh pour cette dégustation magique, le soir, sur la terrasse, avec juste ce qu’il faut de lumière et d’intimité pour l’apprécier ! (Août 2008).

Note confirmée = 98 à H.C. (Hors Catégorie)

GWG : Brora SV pour LMDW 18 ans 1981-1999

A Noter :

« Wine treated Hogshead » signifie en général non pas un affinage, mais un traitement léger de « rinçage » d’un fût ayant contenu du vin (en général sans aucune précision quand à son type et son cépage) par l’apport temporaire assez bref (de quelques jours à quelques semaines, mais souvent moins d’un mois). Donc le fût usagé ou neuf est rempli durant une très courte durée de ce vin, puis le vin est vidé (en principe c’est obligatoire) et le whisky déjà âgé de quelques années voire plus y séjourne durant une durée assez courte. Cette pratique est courante, mais pas toujours signalée comme telle. Ici elle a le mérite d’être clairement indiquée et le résultat est à mon sens une belle réussite.

Lire la suite

GWG : Brora Rare Malts Selection 20 ans 1975-1995

A Noter :

Attention, il y a plusieurs BRORA dans cette gamme, ne pas confondre avec les autres. Elles se distinguent par leur titrage différent et/ou par leur

date de distillation. Il s’agit d’une des 12 versions dans la gamme « Rare Malts Selection » qui n’est pas parmi les plus recherchées. Etant donné

sa qualité, cela laisse augurer des autres, objets de plus grande spéculation encore. Certaines versions de négoce étaient plus abordables

il y a quelques années, aujourd’hui je n’en jurerais pas.

Lire la suite

GWG : Bowmore Distillery Limited Edition 13 ans « Maltmen’s selection » 1995-2008 98/100

bowmore_13_1995_maltmens_selection_54.6_redBOWMORE Officiel/Distillery Limited Edition de 13 ans « MALTMEN’S SELECTION » (1995-2008).

Small Batch (assemblage des fûts N° 1551, 1552, 1553, 1559 & 1560 -Sherry Butts, 3000 bouteilles), C.S., 54,6 % = 98/100 & Hors Catégorie

Un grand single-malt sur lequel j’aurais je l’espère, l’occasion de revenir bientôt.

Un des plus grands BOWMORE jamais dégustés à ce jour, gourmand, complexe, marqué par le Sherry pour le meilleur…

Son prix de lancement avoisinait les 100 £, mais quelques années après seulement, il fallait hélas multiplier ce chiffre par 10.

GWG : Dalmore 32 ans 1974 fut de Mathusalem Sherry Butt 98.5/100

Dalmore-1974-vintage-april-2014-2Couleur : Ambre foncé.

Nez : Somptueux, riche en fruits mûrs, fruits confits.

Bouche : Un régal divin, entre crémeux et onctueux, extrêmement expressif et riche en notes fruitées (orange, fruits confits divers, fruits confiturés, fruits cuits ou mûrs, pruneau, abricot, dattes ?), miel, bruyère, des épices également. En fait, il oscille constamment entre sécheresse et moelleux, mais on s’en aperçoit à peine, tant ce DALMORE tapisse la bouche de ses multiples trésors jusqu’à une finale interminable toujours aussi concentrée en fruits et dont on n’osait rêver !

Tenue à l’aération : Bonne, ce DALMORE il a besoin de temps.

Tenue à la dilution : Correcte, mais très peu d’eau suffit.

Conclusion : Le « clou » du Salon du Whisky 2006, pour les single-malts non tourbés et accessibles à tous(il ne serait détrôné que par la complexité et maturité que par le DALMORE 50 ans d’après les « collègues-dégustateurs » qui ont eu la chance de suivre le séminaire avec verticale DALMORE….). 198 €, MdW  en 2006, bien plus cher maintenant / dégusté au WHISKY LIVE PARIS, Sept 2006

Note Sous Réserve (N.S.R.)= 98,5/100